SHREDLAGE®

Plus de lait, une meilleure santé animale.

La technologie de traitement du maïs-ensilage commercialisée sous le nom SHREDLAGE® assure un conditionnement intensif du fourrage et permet d'augmenter sensiblement sa surface. L'effet de structure du fourrage ainsi optimisé permet une meilleure rumination.

SHREDLAGE®

Plus de lait, une meilleure santé animale.

La technologie de traitement du maïs-ensilage commercialisée sous le nom SHREDLAGE® assure un conditionnement intensif du fourrage et permet d'augmenter sensiblement sa surface. L'effet de structure du fourrage ainsi optimisé permet une meilleure rumination.

L'avis des essayeurs internationaux.

Loc Brévalaire, Bretagne, France

GAEC de Lopré

Marc et Xavier Bozec sont à la tête du GAEC de Lopré, une exploitation de 220 vaches laitières qui produit chaque année près de deux millions de litres de lait. Après une première récolte sur la moitié de la surface exploitée en maïs ensilage, le test est concluant : « SHREDLAGE® nous convient parfaitement. Le procédé contribue à la santé animale et améliore les caractéristiques du lait. » Lors de la prochaine récolte de maïs, les deux frères ont l'intention de faire totalement confiance à SHREDLAGE®.

Den Dungen, Pays-Bas
Exploitation Jennissen

Outre l'entreprise de travaux agricoles, Toon Jennissen et ses frères possèdent deux exploitations laitières avec un total de 450 vaches. À la demande d’exploitations laitières pour lesquelles il travaille, il a testé avec elles le SHREDLAGE®. Au bout de seulement quelques semaines d’affouragement en SHREDLAGE®, ses clients et lui en sont convaincus : le SHREDLAGE® n'est pas qu'une mode passagère, mais une vraie tendance qui finira par s’imposer.

Lügde, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne

Exploitation Glitz

Steffen et Josef Glitz dirigent une exploitation de 125 vaches laitières et de 120 hectares de terres agricoles. Avant de passer au SHREDLAGE®, l'exploitation produisait en moyenne 26,5 litres de lait par vache par jour, contre près de 31 litres aujourd'hui. « C'est un progrès considérable que nous devons à notre propre fourrage. Un gage de rentabilité », se réjouit Steffen Glitz.

Vinderup, ouest du Jutland, Danemark

Exploitation Nørsøller

300 vaches, 3 traites par jour et 13 000 kilos de lait par vache, par an : l'exploitation Nørsøller fait partie des 20 meilleurs éleveurs laitiers du Danemark. « Nous avons pu supprimer sans contrepartie la paille de colza de la ration, sans aucune conséquence sur la santé du troupeau. Au contraire, sa santé est optimale », se réjouit Morten Nørsøller. « Toutes les vaches ont un poil brillant et neuf sur dix ruminent allongées. C'est un signe qui ne trompe pas. »

Le système SHREDLAGE® vu par des essayeurs américains.

À l'ouest des États-Unis se trouvent de grandes exploitations laitières avec des cheptels de plus de 2 000 vaches. Les rations de fourrage sont calculées avec précision, mais les rendements laitiers sont très élevés avec jusqu'à 54 l de lait par vache et par jour. Le maïs-ensilage y joue un rôle majeur. L'ensilage en brins longs a toujours été pratiqué aux États-Unis, mais depuis 4 ou 5 ans, le système SHREDLAGE® est de plus en plus plébiscité, tant et si bien que près de 70 % des exploitations laitières utilisent désormais avec succès ce nouveau concept d'affouragement. Les dirigeants des exploitations Kutz et Trierweiler nous font part de leur expérience avec le SHREDLAGE®.


Jefferson, Wisconsin, États-Unis

Kutz Dairy

L'entreprise familiale Kutz fondée en 1973 fait partie des exploitations laitières les plus prospères de l'État américain du Wisconsin. Aaron Kutz dirige l'exploitation laitière de 1 800 vaches et un cheptel total de 2 100 têtes avec son frère Allen et son père Ron.


Westphalia, Michigan, États-Unis

Trierweiler Dairy

La Trierweiler Dairy, à Westphalia, dans l'État du Michigan, est une autre exploitation de renom. Les propriétaires de l'exploitation laitière sont Frank et Paul Trierweiler. Celle-ci compte près de 1 500 vaches.

Le passage à l'ensilage du maïs en brins longs a réussi aux deux exploitations. Le conditionnement intensif du produit ensilé a permis de le couper et de le tasser facilement. La fermentation après ouverture du silo a également été optimale sur les deux exploitations. Celle-ci requiert une bonne gestion du tassement et de l'ensilage.